top of page

Coup de projecteur sur le cinéma turc à Paris !

S'il y a un rendez-vous cinéphile à ne pas rater, c'est bien le Festival du Cinéma de Turquie. Soutenu par la mairie de Paris et porté par l'ACORT, l'évènement se déroule du 17 au 26 septembre à Paris. Plusieurs professionnels du cinéma turc se déplacent pour l’occasion. Le festival met à l'honneur le cinéma documentaire pour sa 18ème édition. Le programme est à l'image de l'industrie cinématographique turque : bouillonnant, prolifique et rebelle.

Voici un avant-goût de ce qui vous attend..



Nasipse Adayiz


C'est le premier long-métrage d'Ercan Kesal, acteur-scénariste qui est passé derrière la caméra. Le film est une adaptation de son roman éponyme. L'histoire s'inspire d'une expérience personnelle: sa candidature à la mairie de Beyoğlu (années 2000). Le réalisateur a voulu questionner l'obsession de l'homme pour le pouvoir. Il en dira plus sur sa démarche le 17 septembre lors de la soirée inaugurale du festival.


Ah Gözel Istanbul


C'est un documentaire... qui n' a rien à avoir avec les documentaires sur Istanbul. Il est réalisé par Zeynep Dakak et peint l'Istanbul ... d'il y a plus de 300 ans ! Après avoir vu le documentaire, même un Stanbouliote dira qu'il ne connaît pas sa ville. Ah Gözel Istanbul est un beau palimpseste qui nous plonge dans l’Istanbul du 17ème siècle. Loin de la ville que l'on bétonne au fur et à mesure que les jours passent.. Quatre ans de travail pour préparer le documentaire, des milliers d'archives à déchiffrer, des plans à couper le souffle, des dizaines de personnes qui l'ont inspiré.

Et plus particulièrement le célèbre historien et voyageur ottoman: Eremya Çelebi et sa fascinante "Histoire d'Istanbul". Il faut absolument voir ce documentaire saisissant. Mais vous êtes prévenus: vous n'arpenterez plus Istanbul comme vous le faisiez. Ça c'était avant.


Aşk, Büyü vs.


Ce film n'a pas été soutenu par les producteurs en Turquie. Mais le réalisateur Ümit Ünal s'est débrouillé pour le sortir quand même. Conséquence: il rafle les prix. LGTBI+, fossé abyssal entre riches et pauvres, société dominée par les hommes: ça fait beaucoup pour deux femmes qui se sont aimées il y a 20 ans. Et que le destin a de nouveau réuni.


Chaque année, le festival du cinéma turc rend hommage à une industrie cinématographique turque foisonnante. L’équipe organisatrice s’efforce de faire découvrir aux parisiens-nnes des fictions et des documentaires inédits en France. “Le cinéma turc n’est ni méconnu, ni inconnu: il est mal connu” des français (Mehmet Basutçu).


C’est l’occasion de se rassembler autour de fictions/courts-métrages qui méritent d’avoir un public en France. Le Festival du cinéma turc, c’est aussi l’occasion d’aborder de front des sujets comme :

  • les minorités (kurdes, arméniens, LGTBI+, femmes..)

  • les libertés (prisonniers politiques..)

  • l’extrémisme religieux

  • l’immigration

  • la gentrification...

Plusieurs professionnels du cinéma turc se déplacent pour l’occasion ! Mavijaan est fière de soutenir le festival du cinéma de Turquie. C’est une manifestation culturelle qui permet aux Francilien(nes) de découvrir la richesse de la culture turque. Attention: les places sont limitées !


Programme détaillé, tarifs et infos pratiques:

243 vues0 commentaire

Comments


bottom of page